Liste des interdictions

La liste des substances et des méthodes interdites (Liste des interdictions) est généralement publiée et mise à jour tous les ans par l’Agence mondiale antidopage (AMA) et entre en vigueur le 1er janvier de l’année correspondante. Swiss Sport Integrity publie chaque année une traduction de ladite liste.

Il incombe aux athlètes de s’assurer régulièrement que les substances et les méthodes utilisées ne soient pas interdites. Motif pour lequel il est recommandé de consulter la base de données sur les médicaments DRO Global.

Base de données sur les médicaments DRO Global

Nouveau dès 2022

La Liste des interdictions 2022 entre en vigueur le 1er janvier 2022. Elle remplace toutes les autres listes établies jusqu’à présent.

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a effectué des modifications à la Liste des interdictions 2022 qui auront des conséquences sur le statut d’interdiction de certains médicaments. Les modifications concernent en particulier:

Glucocorticoïdes

Des règles plus strictes seront appliquées à partir du 1er janvier 2022 pour les glucocorticoïdes. En sus de l’administration par voie orale, intraveineuse, intramusculaire ou rectale. , toute sorte d’injection sera désormais interdite en compétition. Ainsi, à partir de 2022, les injections intra-articulaires de glucocorticoïdes, par exemple, seront également interdites. Des informations plus détaillées et de recommandations pratiques au sujet des périodes de sevrage sont disponible dans le thème spécial sur les glucocorticoïdes.

Salbutamol

Pour l'inhalation de salbutamol, une limite de dosage plus basse et des intervalles de temps ajustés seront appliqués à partir du 1er janvier 2022. La dose maximale permise pour l'inhalation est désormais de 600 microgrammes de salbutamol par 8 heures en doses fractionnées. Comme précédemment, la dose ne doit pas excéder 1600 microgrammes par 24 heures.

Nouvelles substances énumèrees

Les substances suivantes figurent désormais sur la Liste des interdictions et sont interdites à tout moment : BPC-157, Osilodrostat, Lonapegsomatropin, Somapacitan et Somatrogon.

L’AMA met à disposition un résumé des principales modifications.

Critères des substances et des méthodes interdites

Un comité de l’AMA, composé d’experts internationaux, appelé List Expert Group, statue sur les substances et les méthodes qui figurent sur la Liste des interdictions. Les substances et les méthodes sont évaluées sur la base de trois critères, à savoir: si elles sont susceptibles d’augmenter les performances, si elles sont un risque effectif ou potentiel pour la santé, si elles vont à l’encontre de l’esprit du sport. Une substance ou une méthode peut en outre être interdites quand elle masque l’utilisation d’autres substances ou méthodes interdites.

Substances et méthodes interdites

La Liste des interdictions publiée par l’AMA répartit les substances interdites en différentes catégories.

Substances et méthodes interdites en permanence (en et hors compétition)

  • S0 Substances non approuvées
  • S1 Agents anabolisants
  • S2 Hormones peptidiques, facteurs de croissance, substances apparentées et mimétiques
  • S3 Bêta-2-agonistes
  • S4 Modulateurs hormonaux et métaboliques
  • S5 Diurétiques et agents masquants
  • M1 Manipulation de sang
  • M2 Manipulation chimique et physique
  • M3 Dopage génétique et cellulaire

Substances et méthodes interdites en compétition

  • S6 Stimulants
  • S7 Narcotiques
  • S8 Cannabinoïdes
  • S9 Glucocorticoïdes

Substances interdites dans certains sports

  • P1 Bêtabloquants

Des informations et connaissances détaillées (sur les substances et méthodes) sont disponibles dans la Mobile Lesson «Substances et méthodes» de Swiss Sport Integrity.

Substances et méthodes spécifiées et non spécifiées

Les substances et méthodes interdites sont réparties en substances ou méthodes spécifiées et non spécifiées. En cas de violation des règles antidopage, l’ampleur de la sanction est de manière générale plus élevée en cas d’usage de substances ou méthodes non spécifiées. Les substances interdites indiquées dans les catégories ci-après sont considérées comme des substances non spécifiées:

  • S1 Agents anabolisants
  • S2 Hormones peptidiques, facteurs de croissance, substances apparentées et mimétiques
  • Agents prévenant l’activation du récepteur IIB de l’activine (p. ex. les inhibiteurs de la myostatine)
  • S4.5 Modulateurs métaboliques
  • S6.a Stimulants non spécifiques

Les méthodes interdites indiquées dans les catégories ci-après sont considérées comme des méthodes non spécifiées:

  • M1 Manipulation de sang
  • M2.1 Manipulation des échantillons
  • M3 Dopage génétique et cellulaire

Substances d’abus

Certaines substances interdites sont désignées comme substances d’abus, puisqu’elles donnent souvent lieu à des abus dans la société en dehors du contexte sportif. L’utilisation ou la possession de substances mentionnées ci-dessus peut faire l’objet de sanctions plus souples. Cette disposition s’applique uniquement si les substances sont utilisées hors compétition et qu’elles n’ont pas pour objectif d’augmenter les performances sportives.

Ceux qui suivent sont désignées substances d’abus: la cocaïne, la diamorphine (héroïne), la méthylènedioxyméthylamphétamine (MDMA/«ecstasy») et le tétrahydrocannabinol (THC).

Règlementation des fédérations sportives internationales

Il convient également de respecter les règles des fédérations sportives internationales, en plus des règles antidopage en vigueur au niveau international. Dans certaines disciplines, des substances ou méthodes sont en outre interdites, alors qu’elles ne figurent pas dans la Liste des interdictions.

Un exemple: l’Union Cycliste Internationale interdit l’usage de l’analgésique Tramadol. La substance Tramadol ne figure toutefois pas sur la Liste des interdictions.